Home

CD: Beau Dommage – Le meilleur de Beau Dommage

Smith, R. Lauren, Southwestern University ‘08. Georgetown, TX. May 2007.

Beau Dommage était un groupe de rock folk québécois formé en 1973 qui comprenait Michel Rivard (chant, guitare), Robert Léger (claviers, flûte), et Pierre Huet (parolier) avec l’addition de Pierre Bertrand (guitare basse) et Marie-Michèle Desrosiers (chant, claviers) en 1974. Le groupe a trouvé beaucoup de succès dans la musique populaire, et ils avaient beaucoup voyagé en Europe, au Canada, et aux Etats-Unis pendant quatre années, quand le groupe a été dissous en 1977, et ils se sont réunis plusieurs fois, y compris pour un concert d’adieu à Québec en 1984 (1).

Beau Dommage est bien connu pour leur style de musique qui rappelle celui des groupes américains comme Simon & Garfunkel et Fleetwood Mac. Bien que leur style musical puisse être vue comme une expression de leur époque, les paroles des chansons sont plus générales et s’adressent aux questions politiques. Leur chanson la plus connue, c’est « La complainte du phoque en Alaska », où ils chantent :

Ça vaut pas la peine de laisser ceux qu’on aime
Pour aller faire tourner des ballons sur son nez
Ça fait rire les enfants, ça dure jamais longtemps
Ça fait plus rire personne
Quant le phoque s’ennuie, il r’garde son poil qui brille
Comme les rues de New York après la pluie
Il rêve à Chicago, à Marilyn Monroe
Il voudrait voir sa blonde faire un show (2)

Pour moi, cette chanson veut dire que la culture américaine a l’habitude d’infiltrer d’autres cultures et l’environnement et puis de les détruire. Elle parle aussi de l’industrialisation qui est si présente dans la culture américaine, et où les autres êtres humains et les animaux n’ont pas de place. Dans cette chanson, Beau Dommage fait un commentaire sur l’exploitation des animaux pour l’amusement des gens, mais aussi sur la manière dont certaines cultures qui se considèrent supérieures traitent les autres comme des bêtes et les exploitent comme des animaux.

George Hébert Germain, écrivain québécois, dit que chacune des chansons de Beau Dommage « reconstitue […] une sorte de drame. Drames de la solitude, de l’ennui, de l’amour, de la désillusion » (3). Ils représentent une partie de la culture québécoise, comme on peut voir dans le Panorama de la chanson au Québec, où on lit qu’ « Il y a dans leurs chansons un essai poétique et musical sur l’adolescence dans l’est de Montréal… », ce qui veut dire qu’il y a quelque chose dans la musique de Beau Dommage qui présente des éléments particulièrement québécois, et qui donne une impression de cette partie du monde francophone dans les années 70.

Je trouve qu’un de ces éléments est la vie quotidienne au Canada, qui est présentée dans « Tous les Palmiers », où ils chantent :

Adieu, adieu, pays des oranges
J’m'en vais aider mon frère qui déménage
Avec l’été qui r’commence
Chez nous y on dû sortir des bicycles du garage

Et puis dans « Montreal », où ils chantent :

Le ciel est bas, la terre est graisse, le fleuve est sale
Le Mont-Royal est mal à l’aise, y’a l’air de trop
Westmount le tint serré dans un étau
Y’a des quartiers où le bon monde veille sur le perron
Y’a une bonne femme qui en a fait une belle chanson
Dans ces bouts-là les jeunes
Se tiennent au fond des cours
Y prennent un coke, y prennent une bière
Y font l’amour

Dans ces deux chansons, on sent que la vie quotidienne au Québec est peut-être plus lente et amusante que la vie aux Etats-Unis. L’amour et la jeunesse, thèmes au centre de plusieurs chansons de Beau Dommage et éléments qui les rendent plus amusantes et, je pense, plus populaires, semblent jouer un rôle important.

Donc, bien que la musique de Beau Dommage ne soit pas forcément complexe au niveau de la structure, il y a dans les paroles des éléments particulièrement québécois qui mettent en relief l’époque dans laquelle ils écrivaient. Je pense qu’il est essentiel de connaître la musique populaire pour vraiment connaître une culture, et pour moi, les chansons de Beau Dommage représentent des thèmes culturels et intellectuels présents au Canada aux années 70.

Sources :

1. http://thecanadianencyclopedia.com/
2. http://www.paroles.net/chansons/13209.htm
3. http://thecanadianencyclopedia.com/