Home

Là d’où je viens (Thierry De Brouwer/Le Yéti)





Là d’où je viens, on s’y perd
On ne se parle pas, on compte les jours
Toujours plus longs, on s’y tient
À carreau la nuit, on ne se montre pas

Rien à faire, non, rien à voir à moins d’une illusion
Dans ce coin perdu, les rêves s’éloignent et s’évaporent

Là d’où je viens, on retient
Que tout se sait, tout le monde se connaît
Pour éviter les ennuis
On feint d’ignorer, le souffle coupé

Rien à faire, non, rien à voir à moins d’une illusion
Dans ce coin perdu, les rêves s’éloignent et s’évaporent

On y revient, quand il faut
Jamais très longtemps, ou alors à jamais
Là d’où je viens, on y meurt
À petit feu

VOCABULAIRE

◊ se tenir à carreau = se mettre à l’abri du danger, être sur ses gardes; se contrôler, se taire
◊ à moins de = si ce n’est pour, sous une certaine condition
◊ coin (m.) = espace réduit, endroit retiré
◊ s’éloigner = aller loin, se séparer
◊ retenir = garder dans sa mémoire
◊ se savoir = être appris par d’autres personnes (une nouvelle, une action, un fait divers)
◊ ennui (m.) = état de découragement et de langueur; contrariété, tracas, chagrin, tourment
◊ feindre = simuler pour tromper, faire semblant
◊ ignorer = ne pas savoir, ne pas connaître; ne pas prêter attention à
◊ souffle (m.) = respiration, haleine; inspiration
◊ mourir à petit feu = mourir très lentement; languir en prolongeant des peines d’esprit, des inquiétudes, des chagrins

Paroles Thierry De Brouwer, Musique Le Yéti

Utilisé avec permission

Cliquez ici pour leur page MySpace / Click here for their MySpace page

Projet solo de l’ancien leader de Melon Galia / Solo project of former Melon Galia frontman

Le Yéti : Thierry De Brouwer, Fabrice Detry, Catherine De Biasio, Ludovic Bouteligier

RÉGION / REGION : BELGIQUE - BRUXELLES